Gestionnaire de copropriété : études et formations

Responsable de nombreuses missions, le gestionnaire de copropriété doit avoir suivi une formation complète couvrant tous les aspects juridiques, comptables, administratifs et techniques de sa fonction. Découvrez les études permettant d’exercer ce passionnant métier aux multiples facettes.

Le diplôme minimum du gestionnaire de copropriété : le BTS « Professions immobilières »

Le BTS « Professions immobilières » est un diplôme national d’Etat et la formation dure 2 ans (Bac +2). Il est accessible aux candidats titulaires d’un baccalauréat de type STMG ou ES, ou encore d’un bac pro « gestion – administration ». L’accès à cette formation se fait sur dossier, avec entretien et/ou tests. Ce BTS permet aux titulaires d’exercer plusieurs types de métiers liés à la gestion immobilière, au conseil et au service dans l’immobilier, dont l’emploi de gestionnaire de copropriété. La gestion immobilière constitue en effet le cœur de ce métier et donc son apprentissage principal, puisque le gestionnaire doit assurer l’administration de biens immobiliers collectifs. Les élèves de ce BTS acquièrent les connaissances nécessaires en matière juridique et administrative. Ils apprennent également les techniques comptables, financières et fiscales liées à ce métier, ainsi que les méthodes d’organisation et les pratiques commerciales adéquates. De nombreux organismes proposent une formation permettant de préparer ce BTS, que ce soit en formation continue, en alternance ou à distance.

Les autres formations possibles pour devenir gestionnaire de copropriété

Les employeurs proposent des emplois de gestionnaire de copropriété à des étudiants diplômés d’un DUT « carrières juridiques » (Bac +2, comme le BTS « professions immobilières »), d’une licence « professions immobilières » ou, mieux encore, d’un Master ou Master 2 en gestion immobilière ou administration de biens. Ces cursus peuvent être complétés d’un master en droit immobilier et gestion patrimoniale (Bac +5). Ces formations plus pointues sont très appréciées des recruteurs : elles sont garantes d’un bagage juridique plus complet. De plus, ces diplômes permettront des possibilités d’évolution plus importantes pour leurs titulaires. Plusieurs écoles privées dispensent ces types de formations de haut niveau menant au métier de gestionnaire de copropriété, comme l’ESI (Ecole supérieure de l’immobilier), l’ESPI (Ecole supérieure des professions immobilières), l’EFAB (Ecole française de l’administration de biens) ou l’IMSI (Institut du management des services immobiliers), par exemple. Les candidats peuvent par ailleurs se tourner vers le CNAM, via l’ICH, Institut d’Etudes Economiques et Juridiques appliquées à la Construction et l’Habitat, dont les diplômes sont reconnus par l’Etat et enregistrés au RNCP, répertoire national des certifications professionnelles.

Les connaissances incontournables du gestionnaire de copropriété

Quelles que soient les études du gestionnaire de copropriété, certaines matières et compétences seront indispensables pour exercer ce métier. Ainsi, les enseignements doivent comprendre l’administration de la copropriété et son cadre juridique (fonctionnement, statut, gestion, budget, charges, différents acteurs), les assurances (en matière de construction, mais également celles des propriétaires, des locataires et du syndicat des copropriétaires). Le futur gestionnaire devra bien sûr se former à la comptabilité générale (bilan, compte de résultat, TVA, outils comptables,…). Des enseignements juridiques lui seront apportés, notamment en matière de relations juridiques entre l’entreprise et le consommateur, mais surtout en droit immobilier (le droit des biens et de la propriété). La maîtrise de la fiscalité est indispensable (revenus fonciers et différentes impositions immobilières). En plus de connaître les méthodes de management commercial, le gestionnaire de copropriété devra maîtriser également les techniques du bâtiment (diagnostics et sécurité).

Outre des études complètes et poussées, le savoir-être du gestionnaire sera primordial : il doit être organisé, rigoureux, réactif, à l’écoute et diplomate afin d’apaiser les conflits éventuels entre copropriétaires. En plus des connaissances pointues et compétences acquises lors de ses études, le gestionnaire pourra ainsi exercer ce métier polyvalent avec passion grâce à son excellent relationnel.